« Entre mes mains le bonheur se faufile » de Agnès Martin-Lugand

A première vue, ils ont tout du couple marié harmonieux : Pierre est médecin en hôpital, Iris est employée de banque et leur routine est installée. Mais les apparences s’avèrent très vite trompeuses : Iris est une femme qui doute, qui manque de confiance en elle et dont le mari ne fait rien pour la réconforter ni la mettre en valeur. Pour lui, sa priorité c’est sa carrière, son travail. Iris n’est pas épanouie professionnellement ; pour elle, son rêve absolu, c’est la couture. Elle s’installe devant sa Singer, elle coud, elle crée ses modèles… C’est ça, sa passion. Mais aux yeux de Pierre « les chiffons ce n’est pas convenable », ce qu’elle ressent ou veut n’a pas d’importance.

Et un jour elle décide de suivre une formation de couture, à Paris. Mais pour lui, c’est peine et temps perdus. A l’annonce de cette nouvelle en famille, Iris apprend qu’étant jeune, après avoir postulé, sa candidature avait été retenue pour intégrer une école de couture… Mais ses parents le lui ont caché, ne lui ont jamais donné cette lettre qui aurait pu changer son destin. Ce voile levé la rend hystérique, la bouleverse… Elle s’en va. Contre la volonté et sans aucun soutien de son mari, pour qui elle n’y arrivera pas. Elle part pour la capitale, y rencontre Marthe qui deviendra vite son mentor, elle sera en totale admiration devant cette femme qui lui apprendra tout, de la couture, de la mode, du savoir vivre et savoir être. Et puis, se joindra au tableau Gabriel, le bad boy, l’ange aux ailes cassées… « De fil en aiguille », Iris va prendre ses marques, apprendre, peaufiner sa technique, créer et tisser des relations mondaines avec des clientes prestigieuses. Elle s’attachera à eux, y trouvera un certain réconfort, un rythme de vie parisienne fashion… des sentiments pour Gabriel viendront troubler ceux qu’elle a pour son mari… mais sans jamais franchir le cap. Un mari qui pourtant la délaisse, même les weekends lorsqu’elle rentre chez elle pour le retrouver. Et quand Pierre lui lance un ultimatum, Iris revient, à ses côtés, déchirée, déçue et contrariée, jusqu’au jour où elle s’aperçoit qu’elle a été trahie, trompée par son mari.

Les mots sortent et explosent, ils se quittent et elle repart à Paris, dans l’espoir de retrouver Marthe mais surtout Gabriel. A eux trois, à nouveau un trio, à nouveau réuni… Mais à quel point, Iris ne le devinera que plus tard, à ses dépens… Où Marthe et Gabriel ont joué un jeu avec elle, au début, où elle se verra aussi victime de violences de celle qu’elle admirait et idolâtrait… Où elle avouera à Gabriel son amour pour lui, la cause de tout, finalement.

Une histoire diabolique sous la plume délicate, sensuelle et tranchante que nous offre Agnès Martin-Lugand dans ce fabuleux roman qu’on ne lâcherait sous aucun prétexte. Il nous encercle, nous piège comme le personnage de Marthe. Iris, on l’aime, on veut la protéger et aussi lui hurler parfois d’ouvrir les yeux, sur ce mari qui n’est pas dévoué qu’à sa carrière mais à une autre. Cette machination s’agrippe à nous pour nous libérer qu’à la toute dernière ligne.

image.jpeg

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s