« Les disparus du phare » de Peter May

Il reprend ses esprits sur une plage, échoué, perdu, trempé jusqu’aux os. Il ne sait plus qui il est, où il est, ni ce qui lui est arrivé. Il se relève, déambule dans ce paysage de cette île écossaise, qui lui est totalement étranger. Il est glacé, amoché et a ce sentiment étrange que quelque chose d’horrible s’est passé. Mais il ne se souvient de rien. Il regagne une maison, la sienne sans le savoir, y pénètre mais n’y reconnait rien. Son chien Bran, lui, semble le reconnaitre. Grâce à une facture, il découvre son nom : Neal. Pourtant il a l’air bien connu dans le coin, des voisins s’adressent à lui, il tente de leur camoufler son amnésie comme il peut, en faisant illusion… Même à ses amis, Jon et Sally. Sally avec qui il semble avoir une liaison, pas légitime mais intime… Cette intimité et proximité vont lui permettre de tout lui avouer : son histoire improbable et sa mémoire défaillante, comme blessée par un évènement ou un acte fou… Sally et Neal vont alors se lancer dans la quête de la vérité, tenter de découvrir qui il est vraiment, l’explication de sa venue sur l’île, ce livre qu’il aurait commencé à écrire sur l’histoire des disparus du phare mais dont aucune trace ne reste…

Mais Neal, ce n’est finalement peut-être pas lui… ? Au fil des pages, il avance dans la découverte de son identité, de son histoire, il nous emmène à ses côtés, dans le brouillard le plus complet. Ses doutes deviennent les nôtres… surtout lorsqu’il se rend à cette adresse, qu’il pense être la sienne, où il pense revoir sa famille, sa femme, sa fille, Karen… mais cette visite tourne court…

Karen, qui elle aussi s’engage dans la quête de la vérité, celle qui a emporté son père décédé par suicide…. dit-on. Ses recherches vont éclairer notre parcours, le métier de son père, son engagement… mais son père est-il aussi l’homme échoué sur la plage ? Neal ? Tom ?

Une spirale infernale dans laquelle le lecteur se retrouve prisonnier d’une quête de l’identité. Dans une ambiance très mystérieuse, une atmosphère parfois « cotonneuse » parfois abrupte, le rythme de l’histoire nous envoûte et nous emporte, on se laisse facilement prendre au jeu… Un véritable « page turner », à déconseiller aux curieux qui ne pourront pas fermer l’œil avant d’en avoir fini avec ce scénario… Scénario qui d’ailleurs ferait une très bonne adaptation cinématographique… A lire, incontestablement !

les-disparus-du-phare-de-peter-may

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s