« Mon père s’est perdu au fond du couloir » de Philippe Garnier

Lire le journal, changer une ampoule, décrocher le téléphone… Autant d’activités de notre quotidien qui, dans cette courte fiction, prennent une dimension extraordinaire. Le père de famille n’a pour tout horizon que son appartement, dont il récuse la banalité. Est-il sage ou fou ? Son comportement obsessionnel fait dériver le récit vers des péripéties inattendues, à la fois grotesques et oniriques, sous l’oeil perplexe de ses enfants. Envisageant avec finesse et humour les relations familiales, entre solidarité et cruauté, ce texte témoigne d’un combat absurde mené contre la solitude, le silence et la décrépitude du quotidien. A travers cette figure paternelle énigmatique se dessine la difficulté de s’inscrire dans un monde où plus rien ne nous fait signe.

Un père qui se perd, dont le fils suit son parcours dans les méandres de ce monde qui est le sien, où chaque action quotidienne devient un rite, il s’enferme, à huis-clos. Une ambiance bizarre, dans laquelle le lecteur peut se perdre à son tour, parfois. Comme une impression d’absence de sentiments, d’amour… Pas d’accroche particulière sur ce court récit…

mon pere sest perdu au fond du couloir philippe garnier

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s