« My Bloody Valentine » de Christine Détrez

 

Éditions Denoël
Parution le 3 Mai 2018

C’est l’été. Les vacances corses se profilent à l’horizon. En famille(s). Entre amis. Paul ne déroge pas à ce désormais rituel annuel de passer les congés estivaux ensemble, dans cette même maison. Et ce, même s’il a quitté sa femme, Isa, pour être accompagné de sa nouvelle compagne Delphine, et sa petite fille « à lui ». Les enfants de Delphine seront aussi de la partie : Sacha et Esteban, ainsi que la petite amie de l’aîné, Valentine. François et Véro sont des amis de Paul de longue date. Toutes les conditions sont réunies pour que le séjour se passe pour le mieux : des ados en meute, toujours ensemble, de jolis paysages, des activités passe-temps…

Le tout aux apparences trompeuses. Entre Delphine qui cherche sans cesse sa place et victime de ses propres maladresses, Valentine qui fait sa diva et tente tout pour attirer les regards sur elle, Émilie qui rend la vie impossible à Delphine, depuis que celle-ci est passée du statut de professeure de théâtre à celui de belle-mère. Ce changement est très difficile à digérer pour la fillette. Et puis, dans cette maison de vacances, une part d’Isa plane toujours. Du temps où Paul venait avec elle, tout comme aux yeux de Véro, son amie. Il est d’autant plus difficile pour Delphine de profiter sereinement de ces moments partagés, censés être détendus, complices. Mais lorsque Valentine décide de semer la zizanie dans le groupe, tout part en éclat… jusqu’au drame.

On a vraiment, par moment, l’impression d’y être nous aussi, tant les descriptions des paysages et de l’environnement sont mises en scène. Christine Détrez nous raconte ce qui se passe dans cet antre, un peu comme un huis-clos, avec tout ce que cela implique : des rapports humains complexes, la place et la position de chacun. Comme il est difficile de vivre ensemble, même seulement pour quelques semaines. Sur une toile de fond de vacances, inspirant à  la légèreté, l’auteur dresse les portraits de ses personnages, avec leurs aspérités et leurs histoires, soulignant l’importance qu’un élément perturbateur, comme Valentine, peut avoir au sein d’une communauté. Mon petit bémol portera sur le fait de connaître la fin dès le début. Mais ce n’est que le prologue qui peut aussi jouer un rôle de teasing suscitant l’envie de savoir. My Bloody Valentine reste une lecture fort agréable, sous un air « funny » s’avérant « bloody »…

20180620_131842

Publicités

2 réflexions sur “« My Bloody Valentine » de Christine Détrez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s