« Qu’il emporte mon secret » de Sylvie Le Bihan

20200413_094816

Éditions Seuil
Parution le 12/01/2017

Très chère Hélène,

J’ai découvert votre poignante histoire à travers les mots et la plume puissante de Sylvie Le Bihan. J’ai été très touchée par votre parcours, ce que vous avez subi, autant par le passé qu’à l’instant présent de votre narration. J’ai maintes fois eu envie d’hurler, comme ressentant vos souffrances et votre désemparement.
Le hasard a remis sur votre route celui qui vous a anéantie et volé cette partie de votre être, un bout de votre vie. Il a suffit d’une lettre…
« Surtout que le nom de l’accusé, Joël Domois, n’appartenait même pas à mon passé jusqu’à ce que je le croise par hasard, ce jeudi 29 octobre 2015, dans la bibliothèque du centre pénitentiaire pour hommes de Nantes. »

J’ai aimé le fait que vous soyez une auteure, romancière, mais aussi votre relation avec Léo et cette longue lettre que vous lui avez consacré, dans laquelle vous levez le voile sur votre secret enfoui au plus profond de vous-même.
« J’écris pour qu’il oublie l’euphorie de notre nuit et qu’il respire l’air vicié de mon passé : je dois le dégoûter. « 

J’ai attendu avec vous ce procès, dans cette chambre d’hôtel que j’imagine très impersonnelle, sentant les cigarettes froides que vous consumez comme pour conjurer le sort et faire passer le temps, le temps de vos nuits sans sommeil. C’est alors que vous reviennent ces images, celles de cet horrible été 1984… Les sensations, les douleurs, l’abandon et la peur…
« Laisser filer et dormir d’un grand sommeil, trouver la Paix enfin. »

A ce procès, vous allez y être. Même s’il ne jugera pas tous les crimes que cet ignoble personnage a commis, vous serez là, pour raconter la victime que vous avez été et êtes encore. Cette attente est comme une seconde torture parce qu’elle vous replonge dans cette nuit d’atrocités inoubliables.
« Je voulais déchirer cette lettre, la brûler, l’avaler, pour qu’elle rejoigne l’endroit où toutes les images de cette nuit de juillet 1984 avaient été si rapidement enterrées. Que ces phrases disparaissent, que Joël Domois pourrisse dans sa cellule jusqu’à la mort et qu’il emporte avec lui mon secret. »

Je cesse de trop en dire pour que le plus grand nombre de lecteurs puisse faire votre connaissance. Pour ma part, j’ai été profondément touchée par cette lecture, j’ai été comme à vos côtés à chaque moment ici raconté, sans néanmoins pouvoir vous serrer fort contre moi pour vous apporter un peu de réconfort… Celui dont vous avez tant manqué mais que, j’en suis sûre, vous allez trouver. Hélène, vous êtes devenue une nouvelle amie littéraire et c’est grâce à Sylvie Le Bihan que cette rencontre a pu se faire. Je la remercie infiniment pour ce cadeau que je ne suis pas prête d’oublier.
« Le temps passe et emporte avec lui les visages insouciants, il n’y a que ceux de la cruauté qui ressurgissent. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s