« Et toujours les Forêts » de Sandrine Collette

et toujours les forets
Editions JC Lattès
Parution le 02/01/2020
Sélection Prix des Lectrices Elle 2020

L’histoire de Corentin m’a bouleversée dès les premiers mots. Dès les premiers jours de sa vie fœtale, sa mère ne voulait pas de lui, son père parti.

Son parcours d’enfant balloté, non désiré par une mère démissionnaire m’a profondément touchée. Elle a finalement décidé d’abandonner son enfant aux bras d’Augustine, une vieille dame habitant le même hameau. De l’amour. Du réconfort. De l’affection. Voilà ce qu’il suffisait de lui donner.

Et c’est aux côtés de cette mère de substitution que Corentin commencera à construire sa vie, d’enfant, d’adolescent. La vie va ensuite l’éloigner d’elle, il partira pour la ville, pour poursuivre ses études, loin des Forêts, un environnement bien particulier, à part. Il faut y vivre pour comprendre ce lieu.

Corentin profite de sa jeunesse, il aime faire la fête, entouré de ses amis… Jusqu’au jour où une « chose » étrange s’abat sur la Terre, dévaste tout sur son passage. Tout est calciné. Tout est détruit. Tous les êtres vivants anéantis. Sauf quelques uns, et Corentin en fait partie. Quand il sort de son antre, ébahi par ce qu’il voit, il ne peut y croire. D’abord il ne comprend pas. Mais très vite la réalité des faits le frappe en plein visage, en plein cœur. Alors que ses quelques compagnons d’infortune partent en quête de leurs proches, Corentin ne sait en quête de qui il doit partir. Mais son cœur sait et lui dicte le chemin qu’il doit suivre, pour retrouver sa tendre Augustine.

Sur ce chemin désert, où tout est cendres, désolation, mort et solitude, Corentin ne recule devant rien. Il lutte contre tout, il fait preuve d’une force inouïe, toujours porté par cet espoir de la revoir, elle, celle qui a su l’accueillir… Aucune embûche sur son parcours ne pourrait l’arrêter… Alors que tout est gris, calciné, en noir et blanc, la moindre couleur ou petite herbe lui murmure l’infime espoir que tout peut recommencer…

Ce roman est une véritable leçon, d’amour, d’humilité, de résilience… Il est porteur de messages forts, sur une réalité qu’un trop grand nombre d’humains refuse d’admettre. Cette « chose » qui a tout soufflé sur son passage s’est aussi abattue sur moi, pendant ma lecture. J’ai moi aussi été anéantie, j’ai suivi Corentin sur son chemin, au point d’être essoufflée, par ses efforts. Et puis la tristesse m’a submergée, de me sentir si impuissante face à cette catastrophe… Tout le monde devrait lire ce livre. Visionnaire, effrayant et poignant.