« Sommeil » de Haruki Murakami

Éditions Belfond
Parution le 04/11/2010
79 pages

Voici une sublime nouvelle illustrée du maître Haruki Murakami. Elle raconte l’histoire (trop courte) d’une femme à la vie somme toute assez simple. Mariée, un enfant, elle accomplit chaque jour les tâches quotidiennes. Ses après-midis, elle les consacre à la piscine. Et ses nuits, dépourvues de sommeil, elle se laisse emporter par le doux plaisir de déguster : un cognac, du chocolat, en compagnie littéraire de Anna Karénine.
Pendant que sa maisonnée est plongée dans les bras de Morphée, Elle, se love dans les pages de ce livre qu’elle lit inlassablement.
J’ai pris tout autant de plaisir à lire cette histoire, qu’elle à lire la sienne. C’est toujours avec un immense plaisir que je me laisse emporter par la plume magique, mystérieuse et poétique du talentueux Haruki Murakami.

Publicité

« La clé de l’énigme – L’affaire Farid Ouzzane » de Jean-Marc Bloch et Rémi Champseix

Éditions Pocket
Parution le 24/10/2019
140 pages

En plein mois de juillet 2011, deux plaisanciers se promènent à bord de leur bateau. Quand tout à coup, ils aperçoivent quelque chose au loin, flottant à fleur d’eau. Ils s’approchent et découvrent une valise. Leur imagination commence à leur jouer des tours. Ils pensent à tout : serait-ce un trésor ? Les idées fusent mais bien loin de ce qu’elle cache… Après quelques difficultés pour la saisir, ils finissent par la hisser à bord. Ils l’ouvrent et là, son contenu les choque : un cadavre aux membres ligotés.
Rien sur lui ne permet de l’identifier. A part, un seul objet : une clé. Elle constitue l’indice principal et grâce auquel les inspecteurs, au fil de leur enquête, finiront par poser un nom sur cet inconnu de la valise flottante. Et c’est ainsi que démarre sur les chapeaux de roues l’affaire Farid Ouzzane….
Nous voilà propulsés dans un milieu sombre, dans les méandres des taupes, dans l’univers caché de ceux qu’on pourrait suspecter si facilement… Et pourtant…
Dans sa dédicace, l’auteur « espère que j’apprecierai ce mélange de fiction et de réalité ». Et bien oui, je le confirme. Une lecture haletante, un rythme soutenu, petit mais très costaud. C’est du lourd, terriblement bien. Quel plaisir. Un très bon polar à dévorer… sans respirer !

Rencontre Eyrolles avec Maud Ankaoua 04/01/23

C’était le 4 janvier 2023, c’était génial ! Grâce aux éditions Eyrolles, à notre Sabine nationale et sans oublier chère Clelia, nous avons eu la chance de rencontrer Maud Ankaoua. Une personne extra, très abordable, à l’occasion de la sortie aujourd’hui de son nouveau livre « Plus jamais sans moi ». C’est ma lecture du moment, je vous en parlerai très prochainement.
Un moment privilégié, en petit comité, au Café Livres, au pied de la Tour St Jacques. Comment mieux commencer l’année et finir une journée surchargée ?
Et quel plaisir de rencontrer la dream team du Club de Lecteurs Eyrolles !
Un grand merci pour tout, c’était divin 💓

« Le Horla Maupassant » de Bertocchini et Puech

Adaptation BD
Éditions du Quinquet
Parution 1ere édition le 07/06/2012
48 pages

À travers ces planches et bulles terrifiantes, on suit le chemin tortueux de l’écrivain Guy De Maupassant, en Normandie, où l’inspiration pour son prochain roman a tant de mal à venir. Est-ce la peur ? Le trac de ne pas y arriver ? De migraine en fièvre, la folie le gagne : le voilà  emprisonné dans son monde imaginaire peuplé par ses angoisses.
Les dessins retranscrivent de manière édifiante l’intensité de ses crises. Sa maladie mentale le ronge, chaque jour un peu plus.
Seuls ses quelques escapades lui permettent de fuir, pour un temps, son état de démence.
Son entourage le voit à la dérive et s’en inquiéte de plus en plus. Il se pense persécuté, suivi, observé, au point de se dire qu’un être maléfique le hante…

Le Horla fait partie des classiques lus pendant ma jeunesse m’ayant laissé un souvenir indélébile. J’ai donc saisi cette occasion de le relire sous un autre format. Cette BD m’a beaucoup plu, intense, haletante, comme si ses angoisses traversaient les pages. Une superbe découverte qui pourrait être une passerelle intéressante vers son oeuvre originale.

« Le drôle de Noël qui a changé ma vie » de Marilyse Trécourt

Éditions Eyrolles Roman
Parution le 06/10/2022
248 pages
Le Club Lecteurs Eyrolles

À l’approche de Noël, aucune autre lecture ne me semblait plus appropriée. J’ai donc pioché dans ma haute pile à lire, ce joli livre rouge à la couverture de circonstance. Dès son début, me voilà lovée dans sa bulle où j’ai fait la connaissance de mes nouveaux compagnons de lecture.
Tout commence avec Lina. Elle travaille énormément dans le restaurant familial aux côtés de son père. Mais cela fait quelques temps qu’elle a du mal à supporter cette situation, ce statut ne lui convient plus. Elle a envie et besoin de changement. On ne peut pas dire qu’elle pourrait trouver du réconfort auprès de son bien aimé, qui la rabaisse sans arrêt, là aussi, rien ne va plus. Alors un jour elle prend son courage à deux mains et quitte son poste malgré la totale désapprobation paternelle. Quand elle rentre chez elle pour annoncer cette nouvelle à son petit ami, il s’emballe lui aussi, se demandant surtout et très égoïstement comment subvenir à ses propres besoins.
Lors d’une balade, Lina passe devant la maison aux Mimosas que sa mère aimait tant. Sans trop savoir pourquoi, elle pousse son portail et se voit accueillie par la maîtresse des lieux, Philippine. Cette dernière attendait sa nouvelle auxiliaire de vie… Ginette. Lina, sentant une occasion se présenter à elle pour un nouvel emploi, endosse ce rôle sans révéler la supercherie.
Philippine est une dame âgée, veuve de son bien aimé Jean qui lui manque tant. C’est une femme très « filou », qui teste Lina, devenue sa Nanny appelée Ginette. Elle en a connu tant d’autres que maintenant elle se méfie… Sans oublier le bel Attila, son petit Yorkshire dont la frimousse cache bien le jeu également… Et vous n’aurez pas besoin de beaucoup tendre l’oreille pour vous en apercevoir !
Lina s’exécute et obéit à la lettre aux ordres de Philippine, tant elle est fière d’avoir décroché ce travail en un temps record. Mais un jour tout finit par se savoir… Et Lina est bien loin d’imaginer que sa mission ne se limitera pas qu’à la cuisine et aux tâches ménagères. Elle devra aussi accepter les challenges lancés par Philippine pour exaucer les voeux non réalisés du temps de son défunt époux…
Et puis entre en scène Hugo, le jeune facteur, qui chaque jour s’inquiète de l’état de cette dame… mais pas que… d’autres liens naîtront…
Tout ce beau monde va former une sacrée troupe pour mon plus grand plaisir.
C’était super, les voir, les suivre, les aimer. Ils m’ont tous plu, chacun à leur manière. J’ai ri bien sûr car il y a des scènes extraordinaires où je n’ai pu contenir mes rigolades. J’ai aussi beaucoup apprécié le côté développement personnel et les idées justement dosées et équilibrées, sans perturber ce formidable roman.
Je remercie les éd Eyrolles et Marilyse Trécourt  pour cet excellent moment de lecture.

2022 en lectures !

📚À travers les milliers de pages lues pendant cette année écoulée, j’ai traversé tant d’émotions : des rires et des larmes, des voyages et des découvertes, sans oublier beaucoup de rencontres et de nouveaux talents qui méritent tant leurs places d’artistes.
📚Tout cela je le dois aux livres et à leur magie. Et surtout à vous, auteurs, autrices, maisons d’édition, attachés de presse, libraires, bibliothécaires, lecteurs, lectrices et blogueurs.
📚Alors je vous dis Merci, à toutes et tous, j’espère que nous pourrons ainsi poursuivre nos chemins livresques.
📚Très belle année à vous et vos proches et longue vie à la lecture et la littérature !

« Panique dans l’atelier du Père Noël ! » De Karine Tournade

Illustrations de Mélanie Fuentes
Éditions ZéTooLu (ZTL)
Parution le 01/11/2017
89 pages (lecture confortable)

Masse critique Babélio jeunesse

Je peux vous dire que ce petit Barbouillot m’a fait monter ma tension ! Pourquoi ? Et bien figurez-vous qu’en tant que chef des lutins, il décide de déclencher une grève générale. Il interrompt toute la production de jouets et autres jeux commandés au Père Noël.
Quelle ne fut pas la surprise de ce dernier en découvrant son atelier à l’arrêt.
À quelques jours de Noël, la panique est à son comble. Le Père Noël est dépassé par cet évènement et ne cesse de penser aux enfants.
Les lutins grévistes disent ne plus supporter leurs conditions de travail et la surcharge subie due aux complexes exigences enfantines.
Le père Noël saura-t-il faire face à cette situation ? Pourra-t-il calmer cette rébellion et assurer la magie de Noël pour tous ?

Quelle lecture. Mais oui. J’étais en stress total. D’autant plus que j’ai découvert ce joli livre à quelques jours seulement du 25 décembre. A lire à tous les âges, haletant et très sympa, à portée de tous, petits et grands.
Merci à Babélio, aux éditions ZéTooLu représentées par Sandra, que je remercie pour son petit mot glissé entre les pages de ce petit livre qui fera scintiller vos guirlandes 🎄

ZéTooLu est une maison d’édition jeunesse, proposant des livres adaptés aux personnes dyslexiques, allophones, ayant des troubles de l’attention (TDA/H) ou encore aux primolecteurs qui pourraient avoir besoin d’un petit coup de pouce pour voyager entre les pages en toute sérénité.
Grâce à leur police d’écriture spécifique, des espaces entre les mots plus prononcés et de larges interlignes, le récit est facile à suivre, si besoin à l’aide du doigt ou d’une règle.
En outre, les majuscules en début de phrase et la ponctuation sont mises en gras et en couleurs pour capter l’attention du lecteur et l’aider à se repérer dans le texte.

« Je reviendrai à Manadieu » de Pascale Blazy

Éditions Créer
Parution le 30/07/2021
207 pages

Masse critique Babélio

Tout commence par la découverte d’un cadavre dans son salon. Il n’est autre que celui de Ludovic, un homme tenu coupable de violences conjugales. Qui d’autre que son ex-épouse et victime, Élise, pourrait faire la meilleure cible de ce crime ?
L’enquête policière démarre pour retrouver cet assassin. Et aux côtés de la police, vient se greffer la bibliothécaire de Manadieu : Clarisse. Elle en est intimement convaincue, Élise ne peut pas être à l’origine de cet acte. En est-elle sûre à 100 % ?
Alors Clarisse décide de se mêler de cette histoire et de mener ses petites investigations de son côté. Etant assez proche de l’adjudant chef, ce n’est pas la première fois qu’elle oeuvre ainsi. Et, comme vous pourrez le constater, elle n’a pas les deux pieds dans le même sabot…
A Manadieu, tout le monde en parle, les bruits courent, ça piaille dans tous les coins. Parce qu’un meurtre, là, vient chambouler les petites habitudes de tous.
Voilà un polar très sympa, dépourvu de sang, au côté un peu cosy avec ce club de tricoteuses et cette bibliothèque, lieu de passages et bavardages, où j’ai passé un peu de temps grâce à cette lecture, pour mon plus grand plaisir.
Ce livre m’a fait penser à la célèbre série Arabesque et son acolyte Jessica Fletcher. Elle, était écrivaine et s’improvisait aussi enquêtrice amatrice, tout comme Clarisse notre bibliothécaire hors pair, à la différence de l’âge près.
Je m’y suis sentie très bien, une belle découverte, voilà une autrice que je ne connaissais pas et que je prendrai plaisir à lire à nouveau dans un nouvel opus.
Merci à Babélio et aux Editions Créer pour ce cadeau.

« Attends moi le monde » de Gaëlle Pingault

Éditions Eyrolles
Parution le 08/09/2022
264 pages

Le Club Lecteurs Eyrolles

Aller viens, Camille, on fait la ploum, comme dans ton livre, tu te souviens ? Il est temps que je leur raconte. Ploum ploum. Ce se-ra moi qui te li-ras.

Très chère Camille,
Pour tout t’avouer, moi, j’adore le mois de Novembre. Son ambiance. Son temps maussade. Son odeur de feuilles mortes. Son atmosphère qui nous plonge dans son brouillard, moi bien au chaud sous un plaid, avec un thé et ton histoire contée par Gaëlle Pingault.
Alors, c’est vrai, quand j’ai commencé ma lecture, un bref instant j’ai osé penser qu’il ne devait pas être fait pour moi. Et puis, j’ai avancé, j’ai lu et je me suis laissée prendre au jeu. Et c’est exactement ce qu’il fallait faire. Alors, il faut que je leur raconte un peu, à eux lecteurs et lectrices, comment on s’est rencontrées 😉.
Camille est une jeune femme qui est venue s’installer dans cette petite ville depuis peu de temps. Elle y vit en quelque sorte en huis clos dans une maison. Et puis, un jour, au marché, elle y croise le chemin d’un homme qui distribue des prospectus pour participer à une tombola. Le 1er prix est très surprenant : « Vous détestez la grisaille et la nuit qui tombe à 16h30 ? Vivez une année sans mois de novembre ! »
Bien entendu séduite et surprise par ce lot, elle y participe et le remporte. Un étrange billet lui est remis, par un non moins étrange personnage. Dans cette enveloppe se cache un petit bout de papier, à la lumière bleutée, qui va changer le cours de ses prochaines semaines. Le mois de novembre va bel et bien disparaître de ses alentours. Cette période suspendue va lui permettre tant de choses : des rencontres, des prises de conscience, des actes et omissions, des erreurs et corrections, des décisions et des révélations… Elle sera propulsée comme dans un monde parallèle, ponctué par des flashbacks…
Camille, tu sais, à un moment donné, j’ai trouvé une ressemblance avec 1Q84 de Haruki Murakami, sans double lune. Toi aussi ? Cette catapulte t’a d’ailleurs autant chamboulée que moi. Tu étais perdue, n’y comprenant plus rien. Perte de repères, pour, bien après, mieux t’y retrouver… Tu as ri, tu as pleuré, tu as encore un peu compté, tu as dansé, tu as partagé… Toi Camille, oui, tu as fait tout ça… Et tellement plus…
Et ce parcours d’un mois de non novembre, je l’ai fait avec toi. J’ai ainsi appris à te connaître, comme si tu m’avais prise par la main en me disant « aller, viens avec moi, ne me laisses pas y aller toute seule ». Alors je t’ai suivie, là-bas, de l’autre côté de ce miroir, avec beaucoup de plaisir et de tendresse. C’était beau, touchant, rocambolesque parfois, bienveillant à la fois.
Merci pour ce non mois de novembre avec Toi, grâce à Gaëlle Pingault et aux éditions Eyrolles que je remercie pour cette parenthèse temporelle.

« Dans ma tête cognent dix milliards d’étoiles » de Jean-Michel Audoual

Éditions Eyrolles Roman
Parution le 06/10/2022
320 pages

Le club lecteurs Eyrolles

Dès son plus jeune âge, Théo est un petit garçon à part. Même au sein de sa fratrie, ses deux frères ne lui réservent pas toujours le meilleur accueil. Ils se chamaillent, bien sûr, mais subsiste aussi un quelque chose non encore identifié à cet instant.
Au fur et à mesure, l’équipe scolaire s’aperçoit que Théo fait preuve d’un certain ennui qui pourrait être mal interprété au premier abord.
« J’ai l’impression que l’école nous formate au lieu d’éveiller notre curiosité, sinon de la satisfaire. »

Il lui est donc proposé de passer des tests. Sa mère n’adhère pas à cette idée, elle qui bien souvent fait preuve de distance et de froideur envers ce fils. Après une certaine insistance, Théo passe une batterie d’examens à l’issue desquels sa précocité est décelée.
Son parcours scolaire est chamboulé, des classes sautées, les choses vont se compliquer pour lui. Son comportement va changer, l’adolescence le fera se rebeller… Mais rien ne viendra entacher ses capacités… jusqu’au jour où un drame frappe la famille de plein fouet. Plus rien ne sera jamais comme avant… Mais Théo s’accroche, se fixe un objectif : explorer l’espace.

Ces dix milliards d’étoiles ont cogné dans ma tête pendant ma belle découverte de son histoire. Très touchée par le parcours de Théo, je me suis laissée porter par la délicatesse de l’écriture de Jean-Michel Audoual. On m’avait prévenu du talent de cet auteur. J’ai été charmée par sa plume et totalement absorbée par ce livre, impatiente de le retrouver et triste de l’avoir terminé. Au bout de mon télescope de lectrice, j’ai vu cette belle étoile de Mr Audoual et je compte bien en explorer d’autres. Merci Eyrolles pour ce moment céleste !